10 idées reçues sur le commerce équitable - Association québécoise du commerce équitable
3041
page-template-default,page,page-id-3041,page-child,parent-pageid-3003,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 

10 idées reçues sur le commerce équitable

1. «Les produits équitables coûtent plus cher»

  • Faux! Grâce à une relation commerciale directe avec les producteurs et la réduction du nombre d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur, les produits équitables sont vendus à des prix comparables à ceux issus du commerce conventionnel de qualité équivalente. En plus, vous avez la garantie qu’une plus grande part des profits retournera directement aux producteurs.
  • Choisir équitable c’est avant tout s’assurer de payer un prix juste, c’est à dire un prix qui couvre les coûts de production et rémunère le travail fourni, et qui permet au producteur et à sa famille de vivre décemment.

2. «Le commerce équitable fait de la concurrence aux producteurs de chez nous»

  • Faux! La plupart des produits issus du commerce équitable sont des produits que l’on ne peut pas cultiver au Québec en raison du climat (bananes, cacao, café…), ou qu’on ne produit pas en quantité suffisante ici pour répondre à la demande (quinoa, fleurs, vin…). On n’a donc pas d’autre choix que de les importer. Consommer local et consommer équitable, ce n’est pas contradictoire: plusieurs des produits issus du commerce équitable sont transformés ici et portent la mention “Aliments du Québec”.
  • Choisir équitable permet de créer de nombreux emplois de qualité ici, tout en soutenant durablement les petits producteurs du Sud.

3. «La lutte aux changements climatiques nous impose de consommer des produits d’ici»

  • Faux! En choisissant des produits équitables, vous pouvez aider les agriculteurs et les travailleurs des pays du Sud à préserver leur propre environnement et leur permettre d’avoir un bénéfice social positif dans leur communauté. Les changements climatiques touchent d’abord et plus durement les populations les plus pauvres des pays en développement, particulièrement les personnes dont les moyens de subsistance dépendent de l’agriculture.
  • Choisir équitable, c’est permettre aux agriculteurs et aux travailleurs de s’adapter aux effets des changements climatiques, de mettre en place des pratiques plus respectueuses de l’environnement comme l’agriculture biologique, et de développer des projets de protection de la forêt et de reforestation afin de lutter contre les gaz à effet de serre.

4. «Le commerce équitable profite surtout aux multinationales»

  • Faux! Le mouvement équitable rassemble tous types d’organisations: des petites et moyennes entreprises, des coopératives, des compagnies multinationales, des organisations non-gouvernementales, des distributeurs… dès lors que ces entreprises respectent les critères du commerce équitable définis pour et avec les producteurs. Pour obtenir une certification équitable, elles doivent se soumettre à des vérifications opérées par des organismes de certification tiers indépendants tels que FLOCERT ou ECOCERT qui s’assurent du respect des standards des différentes certifications.
  • Choisir équitable, c’est faire affaire selon des règles qui permettent de briser la logique d’exploitation du commerce conventionnel et d’offrir de meilleures conditions commerciales aux producteurs du Sud.

5. «Les produits équitables ne sont pas des produits de qualité»

  • Faux! Les organisations de producteurs du mouvement équitable accordent une place prépondérante à la qualité de leur production, parce qu’elle représente pour eux un moyen d’accéder à des marchés hauts de gamme et de se différencier de la concurrence. L’amélioration de la qualité est un des résultats positifs du commerce équitable. Grâce à des formations et à l’investissement de la prime équitable, les producteurs améliorent leurs techniques de production et de transformation, ils se dotent d’infrastructures de transformation modernes et de laboratoires de tests. Il n’est pas rare que des produits du commerce équitable remportent des médailles dans des concours internationaux, comme le café, le chocolat ou le sucre. De même, en ce qui concerne la mode, les bijoux et les accessoires: les designers du commerce équitable travaillent à combiner les tendances de la mode avec la durabilité et l’inspiration des techniques artisanales, afin d’offrir à leur clientèle des produits à la fois éthiques et branchés.
  • Choisir équitable, c’est la garantie de produits de meilleure qualité, faits dans le respect de normes exigeantes et mettant en avant les savoir-faire traditionnels et la production à petite échelle.

6. «Le commerce équitable, c’est seulement pour le café et le chocolat»

  • Faux! Le commerce équitable est né dans les années 1940 avec l’importation d’objets d’artisanat en provenance de communautés marginalisées des pays du Sud. Si le premier label de commerce équitable, Max Havelaar, est apparu à la fin des années 1980 sur le café, les standards de certifications équitables existent désormais pour une grande variété de produits, y compris des produits transformés. On trouve aujourd’hui plusieurs milliers de produits équitables commercialisés par des dizaines de marques partout au pays!
  • Choisir équitable, c’est non seulement du café et du chocolat, mais aussi une grande variété de produits alimentaires de base comme le sucre, le thé, le riz ou le quinoa, mais aussi des produits transformés comme la crème glacée, des cosmétiques au beurre de karité ou des céréales pour le petit déjeuner, et des objets d’artisanat comme des bijoux, des vêtements ou encore des ballons de sport.

7. «Les produits équitables ne sont pas faciles à trouver»

  • Faux! Le commerce équitable n’est plus cantonné aux sous-sols d’églises et aux magasins de charité comme à ses débuts. On trouve aujourd’hui les produits équitables aussi bien dans les grandes chaînes d’épiceries que dans les magasins spécialisés, dans les cafés et restaurants, à l’école et à l’université, et on peut même en acheter sur Internet!
  • Choisir équitable, c’est aussi exiger équitable au quotidien. Avec la demande croissante des consommateurs pour des produits respectueux des humains et de leur environnement, les détaillants, commerçants et restaurateurs se doivent de proposer des produits équitables à leur clientèle.

8. «Le commerce équitable n’aide pas vraiment les producteurs du Sud»

  • Faux! Si le commerce équitable n’apporte pas la solution à tous les problèmes auxquels sont confrontés les producteurs et les travailleurs du Sud, il contribue néanmoins à améliorer concrètement leur situation. En plus d’améliorer durablement leur situation financière et de leur offrir de meilleurs débouchés sur le marché international, le commerce équitable permet également l’amélioration de la qualité de leurs produits et l’efficacité de leurs techniques, le développement de leurs communautés et leur autonomisation, et enfin la protection de la biodiversité, de l’eau et des sols assure de meilleurs rendements et une production plus durable.
  • Choisir équitable, c’est la garantie d’avoir un impact positif réel et à long terme sur la vie des communautés productrices, tant du point de vue économique que social et environnemental.

9. «Le commerce équitable, c’est simplement une forme de charité»

  • Faux! Le commerce équitable repose sur un relation d’échange dont le succès dépend de la capacités des organisations à être économiquement rentables dans la durée et à pouvoir compétitionner sur le marché. Bien que de nombreuses organisations de commerce équitable appuient des projets de développement des communautés en plus de leur relation commerciale, notamment à travers le versement de la prime de développement, l’échange de marchandises reste l’élément clé du développement économique et social des communautés sur le long terme.
  • Choisir équitable, c’est donc favoriser un changement positif et à long terme grâce à des relations commerciales qui renforcent l’autonomie des producteurs et des travailleurs.

10. «Le commerce équitable, c’est pour le social, mais pour l’environnement il faut consommer bio»

  • Faux! Si les produits équitables ne sont pas tous bio, ils sont toujours produits de manière écologique. Les standards du commerce équitable comportent des critères environnementaux très détaillés qui interdisent l’utilisation d’OGM et limitent fortement l’utilisation des pesticides et engrais chimiques. De plus, une majorité des produits alimentaires issus du commerce équitable sont également certifiés biologiques. La conversion au bio, qui offre à long terme de meilleurs rendements, est toujours un but recherché par les producteurs du mouvement équitable. C’est aussi un moyen de s’émanciper du pouvoir des grandes multinationales de l’agrochimie et de l’agro-industrie.
  • Choisir équitable, c’est la garantie d’une agriculture respectueuse des humains et de leur environnement, et c’est encourager les producteurs dans la transition vers le bio.