L'histoire du commerce équitable - Association québécoise du commerce équitable
2701
page-template-default,page,page-id-2701,page-child,parent-pageid-3003,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 

L’histoire du commerce équitable

1940-1950: Les origines du mouvement

1942

Naissance d'Oxfam en Angleterre: les précurseurs des Magasins du monde

C’est en 1942 que commence la longue histoire d'Oxfam avec la fondation du « Oxford Committee for Famine Relief » en Angleterre. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, ce groupe d'universitaires milite pour que des vivres soient envoyés aux femmes et enfants qui meurent de faim en Grèce, alors occupée par le régime nazi. Lorsque la Seconde Guerre Mondiale prend fin, le comité poursuit son œuvre afin d'appuyer les plus démunis des pays pauvres dans leurs efforts de survie et de développement. En 1948, le premier magasin de charité d'Oxfam ouvre au 17 Broad Street à Oxford: la boutique existe encore aujourd'hui (photo ci-contre). Ces ``ancêtres`` des Magasins du monde commencent, à partir de 1959, à vendre des objets d'artisanat fabriqués à Hong-Kong par des réfugiés ayant fuit le régime communiste chinois.

1946

Edna Ruth Byler crée Dix Mille Villages

En 1946, Edna Ruth Byler (photo ci-contre), une travailleuse du Comité centrale mennonite (MCC), rend visite à des bénévoles enseignant la couture afin d'aider à améliorer la vie des femmes vivant dans le besoin à Porto Rico. À la suite de ce voyage, elle rapporte plusieurs articles de broderie à vendre à ses amis et à ses voisins à Akron, en Pennsylvanie. Ses articles deviennent si populaires qu'elle y ajoute rapidement des travaux d'aiguille au point de croix, fabriqués par des réfugiées de la Palestine, et des articles en bois sculptés à la main par des artisans haïtiens. En 1958, Edna Ruth Byler ouvre son premier magasin. En 1962, le Oversees Needlework and Crafts Project devient un programme officiel du MCC. C'est en 1965 qu'Irma Blazer est mandatée par le MCC pour créer la première branche canadienne en Saskatchewan. Dans les années 1970, d'autres boutiques ouvrent un peu partout en Amérique du Nord. Après 50 ans d'existence, les boutiques Self-Help Crafts prennent le nom de Dix Mille Villages en 1996.

1949

La première boutique Serrv ouvre aux États-Unis

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un petit groupe de secouristes chrétiens de l'Église de Brethern commence à aider des réfugiés en Europe à se reconstruire. Ils créent Sales Exchange for Refugee Rehabilitation and Vocation (Serrv). Le premier produit vendu est un coucou importé d'Allemagne. En 1949, Serrv ouvre une première boutique à New Windsor, dans le Maryland (photo ci-contre). Serrv est aujourd'hui reconnu comme un pionnier dans le mouvement du commerce équitable aux États-Unis, et soutient des artisans dans 35 pays.

1960-1970: Le développement d'un commerce alternatif

1968

``Trade, not aid!``

Parallèlement à ces mouvements de charité, les pays en développement essaient de faire entendre leurs voix. Lors de la deuxième conférence de la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement) à Delhi en 1968, les pays en développement s'organisent pour demander des conditions commerciales plus équitables et rompre avec la logique d’assistance et de coopération classique. Leur message se résume en un slogan: ``Trade, not aid!`` (``Le commerce, pas la charité!``). Malgré l'échec des pays du Sud à faire entendre leurs revendications dans ces négociations internationales, leur appel sera entendu par la société civile qui va dès lors commencer à développer des filières commerciales alternatives.

1964-1974

L'émergence du commerce alternatif en Europe

En 1964, les magasins d'Oxfam au Royaume-Uni commencent à vendre de l'artisanat et des cartes de Noël fabriquées dans les pays en développement, offrant aux petits producteurs des prix équitables, des formations, des conseils et des fonds. En 1965, Oxfam fonde la première organisation de commerce alternatif (ATO en anglais), Helping-by-Selling. Parallèlement, l'organisation d'importation Fair Trade Original est créée en 1967 aux Pays-Bas et commence à vendre du sucre de canne et de l'artisanat, comme des figurines en bois sculptées en provenance d'Haïti. Ils seront également les premiers à importer du café du Guatemala à un prix équitable en 1973. En France, c’est en 1974 que l’association Artisans du Monde (photo ci-contre) naît de l’initiative de citoyens engagés qui veulent soutenir les producteurs de jute du Bangladesh, dont les cultures ont été ravagées par des inondations, en achetant leur surplus et en les vendant sur le marché français.

1969

Le premier Magasin du monde

Suite à l'échec des négociations de la CNUCED, le journaliste néerlandais Dick Scherpenzeel a l'idée de créer des ``magasins du Tiers-Monde``, dans lesquels des bénévoles pourraient vendre des produits visés par les barrières douanières imposées par les pays occidentaux. C'est ainsi qu'en 1969, le premier ``Wereldwinkel`` (magasin du monde en néerlandais, ici une photo d'une boutique à Anvers en Belgique) ouvre ses portes à Breukelen, dans la province d'Utrecht aux Pays-Bas. Les Magasins du monde étaient nés. Ils vont jouer un rôle crucial dans le mouvement du commerce équitable car ils constituent non seulement des points de vente de produits à un prix équitable, mais sont aussi des portes-voix pour sensibiliser le public et dénoncer l'injustice du commerce conventionnel.

1980-1990: Un réseau qui s'organise et des labels équitables

1988

Création de la première certification équitable, Max Havelaar

À la suite de l'apparition d'un grand nombre de nouveaux produits équitables sur le marché au cours des années 1980, une méthode apparaît nécessaire afin de garantir leur authenticité et le respect des critères du commerce équitable. Le premier programme de certification équitable est élaboré en 1988, à l'initiative du prêtre ouvrier Frans Van der Hoff et de l'économiste néerlandais Nico Roozen (photo ci-contre). La coopérative mexicaine de café UCIRI et l'organisation non gouvernementale néerlandaise Solidaridad créent alors le label Max Havelaar (du nom du héro d'un roman paru en 1860 qui dénonçait l'exploitation des paysans producteurs de cafés dans la colonie néerlandaise de Java). La certification s'applique dans un premier temps au café, avec l'espoir de faire entrer plus facilement le commerce équitable dans les épiceries et les restaurants conventionnels, et ainsi rejoindre un plus grand nombre de consommateurs. Le concept fonctionne: dès la première année, le café labellisé Max Havelaar atteint 3% de part de marché.

1989

La naissance d'un réseau mondial, la World Fair Trade Organization (WFTO)

Depuis le milieu des années 1970, les organisations de commerce équitable du monde entier se sont rencontrées régulièrement mais de manière informelle dans des conférences, comme la première Conférence européenne des Magasins du monde en 1984. C'est en 1987 que les 11 plus importantes organisations importatrices de commerce équitable en Europe (dont Oxfam-Magasins du monde en Belgique, Solidar'monde en France et Traidcraft en Angleterre) se sont regroupées au sein de l'Association européenne du commerce équitable (European FTA en anglais). Deux ans plus tard, les organisations de commerce alternatif du Sud comme du Nord ont senti le besoin d'établir un réseau mondial qui serait à la fois la voix du commerce équitable et un forum pour le mouvement équitable. C'est ainsi qu'a été fondée en 1989, l'International Federation of Alternative Trade (IFAT), qui prendra ensuite le nom World Fair Trade Organization (WFTO).

1994

Création officielle de la Fair Trade Federation en Amérique du Nord

Dans les années 1970, un groupe informel d'importateurs et de détaillants de produits issus du commerce équitable basés aux États-Unis et au Canada commencent à se rencontrer régulièrement. Ce groupe connu sous le nom d'Organisation nord-américaine du commerce alternatif (NAATO), devient offciellement la Fair Trade Federation (FTF) en 1994. Dix Mille Villages et Serrv en sont des membres fondateurs.

1997-2002

Création de Fairtrade International et de la marque Fairtrade

À la suite de la certification de Max Havelaar, d'autres initiatives indépendantes voient le jour dans plusieurs pays du Nord. La marque Transfair fait ainsi son apparition en Amérique du Nord. En 1997, à Bonn en Allemagne, les organisations nationales se regroupent pour fonder la Fairtrade Labelling Organization (FLO) qui deviendra par la suite Fairtrade International. La même année, Transfair Canada devient Fairtrade Canada. En 2002, Fairtrade International lance la marque Fairtrade, avec pour objectif d'améliorer la reconnaissance du label sur les tablettes des supermarchés, de faciliter le commerce transfrontalier et de simplifier les procédures d'exportation tant pour les producteurs que pour les exportateurs. En 2004, FLO se divise en deux organisations indépendantes: Fairtrade International, qui définit les normes Fairtrade et fournit un soutien aux producteurs, et FLO-CERT, qui inspecte et certifie les organisations de producteurs et audite les compagnies qui commercialisent les produits Fairtrade. Le système Fairtrade compte aujourd'hui 23 organisations membres et représente 1,66 millions de producteurs dans 75 pays, avec des ventes représentant près de 11 milliards de dollars dans le monde et plus de 400 millions de dollars au Canada.

2004

Fondation de la CLAC

L'histoire de la Coordination Latino-Américaine et des Caraïbes des petits producteurs et travailleurs du commerce équitable (CLAC) débute avec la création en 1996 de la Coordination latino-américaine des petits producteurs de café (CLA, ou « Coordinadora ») et du réseau des Petits Apiculteurs Unis d'Amérique Latine (PAUAL). C'est en août 2004 à Oaxaca, au Mexique, que CLAC a été officiellement créée, regroupant des petits producteurs du commerce équitable en Amérique latine et dans les Caraïbes dans une grande variété de produits. La CLAC rassemble et représente les organisations de petits producteurs et des associations de travailleurs latino-américaines au sein du système Fairtrade International, ainsi que d'autres organisations de petits producteurs du commerce équitable sur le continent.

2000-2010: Le commerce équitable à la croisée des chemins

2000

Garstang, en Angleterre, devient la première Ville équitable au monde

Après une décennie de campagne sur le commerce équitable et le développement international, le groupe local d'Oxfam à Garstang, au Royaume-Uni, a eu une idée. Ils ont invité tous les leaders de la communauté, tels que le maire, les directeurs d'écoles, les leaders religieux et les propriétaires d'entreprises, à un repas qu cours duquel ils leurs ont demandé de signer un engagement d'acheter et d'utiliser le commerce équitable et les produits locaux. Avec le maire, toutes les écoles et les groupes religieux, et éventuellement 95% de toutes les entreprises qui ont signé cet engagement, les gens de Garstang ont déclaré leur ville la première Ville équitable au monde lors d'une réunion publique en avril 2000. Ils ont ainsi donné le coup d'envoi d'un mouvement qui réuni aujourd'hui près de 2000 communautés (villes, universités, écoles, groupes religieux, lieux de travail) à travers le monde.

4 mai 2002

Première Journée mondiale du commerce équitable

En 1996, NEWS! (le réseau européen des Magasins du monde) a lancé la Journée européenne des Magasins du monde. Cette initiative a été reprise par la WFTO, qui l'a amené au niveau mondial en organisant la première Journée mondiale du commerce équitable, le 4 mai 2002. Depuis cette date, la Journée mondiale du commerce équitable a lieu tous les ans le deuxième samedi de mai.

2004

WFTO crée un label pour les organisations de commerce équitable

Parallèlement au développement des systèmes de labellisation des produits, l'Organisation mondiale du commerce équitable (WFTO) développe son propre système de vérification pour les organisations de commerce équitable, afin de renforcer leur ces organisations envers les décideurs politiques, les entreprises et les consommateurs. Lancé en janvier 2004, le label identifie les organisations membres de la WFTO qui répondent aux exigences du système de suivi WFTO. Après une révision de son système de garantie des organisations de commerce équitable en 2012, WFTO lance en 2013 un label pour les produits.

2010

Création du Symbole des Petits Producteurs (SPP)

En août 2006, la CLAC en collaboration avec d'autres organisations de petits producteurs en Amérique du Sud crée la FUNDEPPO (la Fondation des Petits-Producteurs Organisés). En réaction à l'ouverture du label Fairtrade Max Havelaar aux grandes plantations pour des produits comme les bananes ou le sucre, la FUNDEPPO souhaite permettre aux petits producteurs de se différencier clairement sur le marché. Elle souhaite ainsi défendre les valeurs originelles du commerce équitable: la coopération, une gouvernance démocratique et l'appui à l'agriculture paysanne. En novembre 2010, le Symbole des Petits Producteurs (SPP) est lancé. En 2012, la Brûlerie Santropol à Montréal change de certification pour le SPP. Au Canada, Camino-La Siembra et Just Us! adoptent également progressivement le SPP pour une partie de leurs produits.

2011

Fair Trade USA quitte Fairtrade International et s'ouvre aux grandes plantations

C'est une rupture majeure dans le mouvement équitable qui a lieu en 2011, lorsque Fair Trade USA (alors Trans Fair USA) annonce quitter Fairtrade International pour créer son propre standard. Jusqu'alors, pour qu’un café soit certifié équitable, il devait provenir de coopératives gérées démocratiquement. Mais avec son initiative « Fair Trade for All », Fairtrade USA décide unilatéralement d'ouvrir l’accès au marché équitable à d’autres types de producteurs, comme les grandes plantations de café, espérant doubler l’impact du commerce équitable d’ici 2015 en le rendant plus accessible pour tous. Cette décision ayant des répercussions négatives pour les petits producteurs est fortement controversée et décriée par des acteurs historiques du commerce équitable aux États-Unis comme Equal Exchange et le Fair World Project. Le label Fair Trade USA (ci-contre) n'est pas reconnu par l'Association québécoise du commerce équitable, notamment en raison de son manque de transparence.

Le commerce équitable au Québec

Livre Une cause café de Laure Waridel

1997

Laure Waridel publie ``Une cause café`` et Équiterre s'engage pour le commerce équitable

De retour d'un séjour de deux mois parmi les familles cultivatrices de café membres de la Union de Comunidades Indigenas de la Region del Istmo (UCIRI) dans l'État d'Oaxaca, au Sud du Mexique, la cofondatrice d'Équiterre Laure Waridel et le photojournaliste Éric St-Pierre lancent le projet ``Un juste café`` visant à faire connaître le commerce équitable à travers l'organisme qui portait alors le nom de A SEED (Action pour la solidarité, l'équité, l'environnement et le développement). Laure Waridel publie son premier ouvrage, ``Une cause café``, qui permettra de faire connaître le commerce équitable au Québec. Elle publiera deux autres ouvrages en 1998 et 2005, ``L’envers de l’assiette`` et ``Acheter, c’est voter``. En 2009, en partenariat avec Equita et Camino, Équiterre lance la campagne ``Pareil pas pareil`` afin de promouvoir la filière du cacao équitable. En 2011, Équiterre participe à la fondation de l'Association québécoise du commerce équitable avec laquelle elle lancera la campagne ``Choisir équitable`` en 2017. Pendant près de 20 ans, Équiterre a été une organisation pionnière en matière de valorisation et de promotion du commerce équitable au Québec.

1997-1999

Des premiers cafés équitables au Québec

Dès 1997, le Santropol est le premier restaurant au Québec à servir exclusivement du café certifié 100% biologique et équitable. En février 1999, Café Rico, alors installé sur la rue Rachel à Montréal, devient le premier torréfacteur de café équitable au Québec. La Brûlerie Santropol commencera à torréfier son café biologique et équitable la même année. Le café équitable fera même son entrée à la cafétéria et au restaurant du Parlement de Québec en avril 2000. En 2002, Van Houtte annonce sa première initiative en commerce équitable.

1996-2012

Oxfam-Québec crée sa filiale de commerce équitable, EQUITA

Devant le phénomène grandissant de la mondialisation et de ses effets dévastateurs sur les économies des pays en développement, Oxfam-Québec crée sa filiale Commerce équitable Oxfam-Québec (CEOQ) en 1996. En plus de commercialiser des produits équitables au Québec, CEOQ, mieux connu sous sa marque de commerce EQUITA, a pour mission de promouvoir la consommation responsable et la solidarité avec les communautés et les petits producteurs du Sud. L’aventure EQUITA prendra fin au printemps 2012 avec la fermeture de cette filiale.

Années 2000

L'émergence du marché équitable au Québec

La coopérative La Siembra est fondée en 1999 à Ottawa, et devient la première à commercialiser du chocolat équitable au Canada. En mai 2001, la première boutique Dix Mille Villages du Québec ouvre ses portes sur la rue Saint-Denis à Montréal. Moitié café, moitié boutique: on y trouve déjà une grande variété de produits équitables et d'objets décoratifs uniques venus des quatre coins du monde. En février 2003, pour la Saint-Valentin, Équita d'Oxfam-Québec lance ses premières tablettes de chocolat équitable, offertes dès les premières semaines sur les étagères de plus de 175 points de vente! Café Rico lance au même moment son chocolat équitable en provenance directe d'une coopérative dominicaine et présenté en forme de cœur. De 2001 à 2006, les ventes de produits équitables augmentent de 55% au Québec. Les premières fleurs équitables sont importées au Québec en 2005. En 2006, fibrEthik se lance dans l'aventure du coton équitable, qui durera pendant près de dix ans. En décembre 2007, la compagnie Équicosta (qui deviendra par la suite Equifruit) fait entrer les première bananes équitables sur le marché québécois. En 2008, Equita innove en offrant les premières tablettes de chocolat équitable 100% transformées au Québec, sans aucun intermédiaire européen, assurant ainsi le chemin le plus court du producteur de cacao au consommateur canadien.

2007-2015

Les premières communautés équitables au Québec

C'est en 2007 que Trans Fair Canada (aujourd'hui Fairtrade Canada) lance son premier programme de reconnaissance des communautés équitables. Après Wolfville en Nouvelle-Écosse, Wakefield La Pêche devient la première Ville équitable au Québec 2007 (photo ci-contre). En 2013, les Jeux du Canada organisés à Sherbrooke sont désignés Événement équitable, et l'Université McGill devient le premier Campus équitable au Québec et le 5e au Canada. En 2015, l'école secondaire De Mortagne à Boucherville, devient la première École équitable au Canada. En 2016, Fairtrade Canada, le Canadian Fair Trade Network et l'Association québécoise du commerce équitable lancent trois nouveaux programmes: Lieux de travail équitable, Groupe religieux équitable et Ambassadeurs équitables. Aujourd'hui, ce sont plus de 100 groupes et communautés à travers le Canada qui ont obtenu une désignation équitable, et des dizaines d'événements équitables sont organisés chaque année.