Le commerce équitable - Association québécoise du commerce équitable
3003
page-template-default,page,page-id-3003,page-parent,qode-quick-links-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-11.1,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
 

Le commerce équitable

Définition

La définition du commerce équitable communément admise au niveau international a été établie en 2001 par les quatre principaux réseaux internationaux d’organisations de commerce équitable, regroupés sous l’acronyme FINE :

Le commerce équitable est un partenariat commercial basé sur le dialogue, la transparence et le respect, qui recherche une plus grande équité dans le commerce international. Il contribue au développement durable en apportant des meilleures conditions commerciales, assurant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés des pays du Sud.

Les organisations du commerce équitable, soutenues par les consommateurs, sont activement engagées dans l’aide aux producteurs, dans la sensibilisation et dans les campagnes pour changer les règles et les pratiques du commerce international conventionnel.

Les produits issus du commerce équitable sont produits et commercialisés en accord avec ces principes, ce qui est vérifié, lorsque c’est possible, par des systèmes indépendants et crédibles de garantie.

Principes

Fairtrade International et l’Organisation mondiale du commerce équitable (WFTO) ont adopté en janvier 2009 une Charte des principes du commerce équitable. Cette charte se veut un point de référence international pour le commerce équitable et donne une explication concise des principes du commerce équitable et des deux principales voies par lesquels ces principes sont mis en œuvre. La Charte vise également à jeter les bases d’un dialogue et d’une coopération futures entre les organisations de commerce équitable – et entre ces organisations et d’autres acteurs – afin que le commerce équitable développe pleinement son potentiel pour assurer une plus grande équité dans le commerce international.

  • Un accès au marché pour les producteurs marginalisés
    De nombreux producteurs sont exclus des marchés conventionnels et à valeur ajoutée, ou n’y accèdent que difficilement par des chaînes commerciales longues et inefficaces. Le commerce équitable aide les producteurs à réaliser des bénéfices sociaux pour leur communauté, à partir de modes traditionnels de production. En promouvant ces valeurs (qui ne sont généralement pas reconnues sur les marchés conventionnels), les acheteurs peuvent commercer avec des producteurs qui autrement seraient exclus de ces marchés. Cela aide également à raccourcir les chaînes commerciales de façon à ce que les producteurs reçoivent une plus grande part du prix de vente final de leurs marchandises que ce qui aurait été le cas sur un marché conventionnel avec de multiples intermédiaires.
  • Des relations commerciales durables et équitables
    Les bases économiques des transactions du commerce équitable tiennent compte de tous les coûts de production, qu’ils soient directs ou indirects, ce qui inclut la sauvegarde des ressources naturelles, et les besoins d’investissements pour le futur. Les termes de l’échange proposés par les acheteurs du commerce équitable permettent aux travailleurs et aux producteurs d’avoir un moyen d’existence durable, c’est-à-dire qui leur permette on seulement de remplir leurs besoins au jour le jour pour leur bien être économique social et environnemental, mais également d’améliorer leurs conditions de vie futures. Les prix et les termes de paiement (y compris le préfinancement quand c’est nécessaire) sont déterminés par l’évaluation de ces facteurs et non plus seulement en se référant aux conditions du marché actuel. Il y a un engagement sur le long terme entre les partenaires commerciaux qui permet aux deux parties de coopérer au travers d’un partage d’information et d’une planification, et l’importance de ces facteurs pour assurer des conditions de travail décentes est reconnue.
  • Renforcement des capacités et autonomisation
    Les relations du commerce équitable aident les organisations de producteurs à mieux comprendre les conditions et les tendances du marché, et à développer des savoirs, des compétences, et des ressources afin de mieux contrôler et influencer leurs vies.
  • Plaidoyer et sensibilisation des consommateurs
    Les relations du commerce équitable fournissent des bases afin de relier les producteurs aux consommateurs, et d’informer ces derniers du besoin de justice sociale et d’opportunités de changement. Le soutien des consommateurs permet aux organisations du commerce équitable d’être les avocats et les militants pour de plus larges réformes des règles du commerce international, pour atteindre le but ultime : un commerce global juste et équitable.
  • Le commerce équitable, un contrat social
    L’application de ces principes repose sur un engagement dans un partenariat commercial à long terme avec les producteurs, basé sur le dialogue, la transparence et le respect. Les transactions du commerce équitable existent dans le cadre d’un contrat social implicite selon lequel les acheteurs (y compris les consommateurs) acceptent de faire plus que ce qui est la norme sur un marché conventionnel, comme payer un prix équitable, offrir des préfinancements et apporter leur soutien pour renforcer les capacités des producteurs. En échange, les producteurs utilisent les bénéfices du commerce équitable pour améliorer leurs conditions sociales et économiques, particulièrement parmi les membres les plus désavantagés de leurs organisations. Dans ce sens, le commerce équitable n’est pas de la charité mais un partenariat pour le changement et le développement à travers le commerce.

Par ailleurs, l’Organisation mondiale du commerce équitable (WFTO) a adopté 10 principes du commerce équitable en octobre 2013.

10 principes du commerce équitable